Découvertes et coups de coeur en 2014

Après la version de l’année 2013, que vous pouvez retrouver ici, voici mes découvertes et coups de coeur de 2014, en espérant que cet article vous plaira et vous donnera des idées :)

- Aller au magasin vegan Gingi à Bâle

Avoir à 20 minutes de chez moi un magasin qui vend tous les produits vegan que je ne trouve habituellement que sur internet est un vrai plaisir :) Les propriétaires (ici en photos) sont de plus très sympathiques !

gingi

Boire des jus frais de carottes avec d’autres fruits et légumes

L’achat d’un extracteur de jus dans ma famille a été une vraie révélation !


jus


- Faire des balades à vélo et découvrir de beaux endroits dans ma ville

Cela m’a beaucoup aidé à décompresser du travail.

velo2

velo1

– Participer au projet 333 

Ce projet consiste à minimaliser sa garde-robe et ne garder que 33 objets (vêtements, chaussures, accessoires) pendant 3 mois, le reste des vêtements étant mis de côté pour la prochaine saison. J’ai décidé de poursuivre ce projet en 2015 car cela m’a beaucoup plu !

Vous pouvez trouver plus d’informations (en anglais) ici.

Voici un exemple en photo :

projet 333

– Regarder la série The Affair : je ne peux que vous la conseiller ! J’ai très hâte de voir la suite…

THE AFFAIR

the affair

–  Et voici mes films préférés en 2014.

Je n’en ai pas vu beaucoup et je pense avoir manqué quelques très bons films (Boyhood, Bird People…). Ils ne sont pas classés par ordre de préférence. Je les ai appréciés pour des raisons différentes à chaque fois :)

12 years a slave

equalizer

her

interstellar

mommy

new york melody

une nouvelle amie

 

Découvertes et coups de coeur en 2013

2013 est dernière nous, et c’est l’occasion pour moi de vous faire partager mes découvertes et coups de coeur de l’année passée.

Mode :

  • Les chaussures

Les chaussures que j’ai le plus portées ont été des chaussures de Beyond Skin et Good Guys Don’t Wear Leather :

beyond skin siren

IMG_20131231_151919

IMG_20140112_111839

duke

Je ne suis pas très bijoux, mais ceux de la créatrice Shlomit Ofir ont attiré mon attention. Ces bijoux sont également parfaits si l’on est à la recherche d’un cadeau.

shlomit ofir

shlomit

Je vis avec lui au quotidien et il supporte très bien les intempéries, tout en étant très pratique.

mattnat2

mattnat1

  • Connaître les couleurs qui nous vont ( color analysis )

Une découverte pour moi cette année, que je soupçonnais déjà : certaines couleurs nous vont mieux que d’autres, et ont même le pouvoir de nous mettre en valeur. D’autres, au contraire, peuvent rendre notre teint moins lisse et moins uniforme. Lorsque l’on connait les couleurs qui nous vont, faire du shopping est grandement simplifié ! Je conseille tant aux femmes qu’aux hommes de faire le test :)

Image de prévisualisation YouTube

Films et séries :

  • Voici mes films préférés, sans ordre particulier (attention la liste est longue :) Je suis une fan de cinéma et suis allée plus de quarante fois au cinéma en 2013 ) :

Si je devais en choisir trois, ce serait : Wadjda, Les garçons et Guillaume à table et Foxfire :)

foxfire

hunger games

la religieuse

le passé

les garçons et guillaume à table

man of steel

perfect mothers

syngué sabour

the place beyond the pines

wadjda

  • La série Homeland

Ma série préférée cette année a été Homeland :) Après un peu de mal à entrer dans l’intrigue, je me suis vraiment laissée emporter par tous les rebondissements.

homeland

 

claire danes

Livres :

J’ai beaucoup aimé « Les charmes discrets de la vie conjugale » de Douglas Kennedy.

douglas kennedy

Plats et recette :

  • Le curry vert au tofu

Cette année, ce sont les restaurants thaïlandais qui ont eu le plus nos faveurs, et le plat que nous choisissons en général est le curry vert au tofu, un régal épicé, juste ce qu’il faut ;)

curry vert

  • Les recettes de Cherrypepper et particulièrement les malicettes

Depuis que le magazine en ligne Cherrypepper a lancé sa chaîne de recettes sur youtube, je m’amuse à refaire toutes leurs recettes. J’ai particulièrement aimé les malicettes, que j’ai refaites trois ou quatre fois. Je remplace le le pavot par un mélange sel et poivre de Sichuan et c’est délicieux :)

malicettes 2

malicettes

muffins

cherry pepper

 

  • les galettes de Rémy

Il faut que je lui demande de m’apprendre à en faire ;)

galettes

  • la soupe aux patates douces, poires et cardamone du restaurant la Tambouille de Nainbus, à Mulhouse

Un délice !

tambouille

IMG_20140121_220820 IMG_20131206_185112

Voyages et bons moments :

Cette année, j’ai été gâtée, car j’ai pu faire deux voyages : un dans le sud de la France, près de Perpignan, et un à Rome. Ce fut de très beaux moments, une parenthèse grandement appréciée dans le quotidien.

sud de la france

rome 2

rome 1

 

rome3

rome4

rome5

rome6

  • Réviser avec de mignons chihuahuas

Cette année a aussi été marquée par des périodes de révisions intenses, et j’ai souvent eu pour compagnons de révision de gentils chihuahuas !

chihuahua

chichi

  • Sans oublier mon chat Sacha, qui me tient souvent compagnie ;)

sacha

Je publierai un article sur mes coups de coeur 2013 spécial beauté dans les prochains jours ;)

Film « La santé dans l’assiette » : nos impressions

Le végétarisme commence à se démocratiser, au point qu’on le retrouve désormais dans les salles de cinéma!

En début du mois était projeté au cinéma Bel-Air de Mulhouse le film « La santé dans l’assiette », à l’initiative de l’Association Végétarienne de France (AVF). Ce cinéma propose régulièrement des soirées débat, et c’était précisément la formule choisie pour cette projection.

Affiche du film

Le film « La santé dans l’assiette », sous forme de documentaire, examine le rapport entre alimentation et santé ainsi que l’hypothèse selon laquelle le renoncement aux produits d’origine animale et industriellement transformés permettrait de soigner, voire guérir, la quasi totalité des « maladies de société » qui frappent tous les pays occidentaux.

Le film suit, en guise de fil directeur, l’itinéraire personnel du Dr. Colin Campbell, biochimiste nutritionnel à l’Université Cornell, et du Dr. Caldwell Esselstyn, ancien chirurgien de renom à la célèbre Cleveland Clinic.

41-237-311x217   41-238-311x217

Après la projection du film, un professeur de l’Université de Lorraine et délégué de l’AVF, Massimo Nespolo, et un médecin, ont répondu aux questions des spectateurs. Les échanges ont été très intéressants et ont complété les informations données par le film.

Les spectateurs avaient chacun des approches différentes: certains sont venus pour se conforter dans leur choix de manger végétarien/végétalien, d’autres, inquiets pour leur santé, souhaitaient s’informer des conséquences d’un changement d’alimentation.

Les protagonistes du débat ont répondu aux questions et inquiétudes avec pertinence et clarté, recentrant la problématique sur la France. Le film présentait des témoignages d’Américains et des chiffres sur la santé destinés au public américain.

bel air

En quelques chiffres, le débat a donc permis de clarifier la situation en France :

  • En France 15% de la population adulte est obèse. 60% de la population française a passé le seuil à partir duquel il ne faut plus grossir pour éviter l’obésité et les autres maladies de société. Au cours des 15 dernières années, l’obésité a augmenté de 75%. (obEpi-Roche 2009)
  • Les maladies cardiovasculaires, quant à elles, représentent la 2e cause de mortalité dans l’hexagone. Et chaque année plus de 15 000 pontages coronariens sont exécutés…

Nos impressions

Malgré le fait que le film soit tourné aux Etats-Unis et donc américano-centré, on retrouve les mêmes problématiques en France. On prend conscience de manière effarante des conséquences de nos choix alimentaires. Ce film casse le mythe de la nécessité de consommer de la viande pour les protéines ou des produits laitiers pour le calcium. C’est un documentaire pertinent par la présentation de données scientifiques (très nombreuses!) et de témoignages d’anciennes personnes malades ayant choisi de devenir végétaliennes. Je regarde donc le fromage avec une plus grande méfiance qu’auparavant !

Pour vous faire une idée, voici la bande annonce du documentaire:

Image de prévisualisation YouTube

Certains spectateurs n’ont pas été convaincus mais repartent avec plus d’informations. Et le journal Le Monde termine sa critique par ceci:

« De ce visionnage troublant, qui heurte d’anciennes convictions bien vivaces (sur l’utilité du calcium du lait et des protéines animales par exemple), on ressort troublé, plus que jamais convaincu qu’il faut manger pour vivre et non l’inverse. Mais un dernier doute émerge, peut-être plus éloquent en France qu’ailleurs : au pays des 300 fromages, du foie gras et du bon vin, des viandes en sauce et du beurre roi, vivre de carottes râpées et de graines germées… est-ce encore vivre ? »

A ces remarques, Massimo Nespolo répond que les possibilités de remplacer les aliments d’origine animale sont multiples, en témoignent les nombreux livres de recettes qui fleurissent dans les librairies, et tous les sites internet qui proposent des recettes alternatives.

En conclusion, une très bonne soirée, avec une salle de cinéma comble – une centaine de personnes ont fait le déplacement ! A la fin du débat a eu lieu un petit buffet de dégustation avec des pâtes à tartiner, cakes, faux fromages, saucisses et steaks végétaux, le tout sans produit d’origine animale! Ce moment nous a permis d’échanger avec les personnes présentes, dont les intervenants du débat.

Buffet dans le filmBuffet que l’on peut voir dans le documentaire

Pour rebondir, voici un article paru cette semaine dans le Nouvel Observateur (Obésité : le régime végétarien est meilleur pour perdre du poids), qui complètera bien le documentaire.

Bilan mitigé pour l’édition 2013 du Paris Vegan Day

Comme nous le relations dans le précédent article, c’est avec une certaine impatience que nous sommes partis à Paris pour participer à l’événement le plus important en France ayant pour thème le véganisme: le Paris Vegan Day.

D’emblée, ne nous cachons pas les choses, cette édition a été pour nous une déception, et ce, pour plusieurs raisons. Nous vous proposons donc de vous faire partager notre expérience parisienne. Je n’écris pas cet article pour ternir l’événement, juste vous relater nos impressions.

Samedi matin, 4h30, le réveil sonne. C’est assez dur, la semaine a été fatigante. Mais ce n’est pas grave, nous avions attendu ce moment depuis longtemps. Il faut dire que la dernière édition du Paris Vegan Day remontait à octobre 2011, nous avions donc hâte de découvrir cette nouvelle édition.

Le TGV part une heure plus tard de la gare de Mulhouse, et met un peu moins de trois heures pour rejoindre la capitale, nous en profitons pour terminer la nuit. Arrivés à Paris, comme le salon n’ouvre ses portes qu’à 10h, nous prenons un petit déjeuner dans une brasserie en face de la gare de Lyon. Un bon café nous permettra d’affronter cette grosse journée !

Gare de Lyon au petit matin
la gare de Lyon au petit matin

Le salon se situe à la Cité de la Mode et du Design, ça tombe bien, ce n’est pas très loin de la gare de Lyon, 10 minutes à pied, il faut juste traverser le pont Charles De Gaulle. Nous suivons un flux de personnes qui semblent se rendre au même lieu. Le bâtiment est élégant, habillé d’un drap métallique vert. Il n’y a pas d’indication de l’événement, mais une file d’attente assez importante nous indique que l’on est au bon endroit.

Cité de la Mode et du Design le jour J
la cité de la Mode et du Design

Nous patientons donc, en croisant des têtes que nous connaissons. Une heure plus tard, nous n’avons toujours pas bougé, nous commençons à avoir un peu froid aux pieds (il ne pleut pas, c’est déjà ça), mais cette situation nous permet de sympathiser avec les gens autour de nous. Des exposants en profitent pour nous distribuer des flyers, et nous indiquent qu’il y a un problème avec l’équipe de sécurité qui bloque les portes. Nous restons calmes et patients, de toutes façons nous rentrerons tous à l’intérieur.

Au bout d’un moment, nous commençons à avancer lentement, mais nous nous faisons doubler par des groupes entiers. Ceux-ci sont orientés par des personnes de l’organisation, annonçant qu’il faut créer une nouvelle file pour les gens qui n’ont pas acheté leur billet d’entrée sur internet. C’est un peu la débandade, et surtout une certaine impatience et nervosité gagne notre file d’attente. Nous rentrons dans le salon au bout d’1h45, contents d’y être arrivés mais un peu usés.

Le salon est un grand espace rectangulaire, avec un coin pour les associations, boutiques de produits vegans et restauration, un coin pour les ateliers cuisine, et un espace réservé aux conférences. Il y a même un espace de jeux pour les enfants. Les organisateurs ont dû retenir la leçon d’il y a deux ans, cet espace semble beaucoup plus grand que les locaux de la Bellevilloise pour l’édition 2011.

Notre arrivée au salon, au bout d'1h45 d'attente
Nous arrivons enfin dans le salon après 1h45 d’attente

Nous allons donc de stands en stands, Taïfun et Vegusto (tofu, simili-carnés et faux-fromages), Un Monde Vegan et Boutique Vegan (vente de produits alimentaires et cosmétiques vegans) ou encore VauteCouture et Gentlemen Brave (des marques vegan vendant des vestes, ceintures, chaussures), Aman Prana et Vegan Mania (vente de produits cosmétiques).

Boutique Vegan   Vegan Mania

Dégustation à la Boutique Vegan   Stand Taifun
photo 1 en haut: Boutique Vegan ; photo 2 en haut: Vegan Mania ; photo 3 en bas: Boutique Vegan ; photo 4 en bas: Taïfun

Il faut mentionner la gentillesse des vendeurs de Boutique Vegan, Vegan Mania et Vaute Couture. D’ailleurs Leanne Mai-Ly Hilgart du stand de Vaute Couture venait de New York et est la première styliste vegane à avoir été acceptée à la Fashion Week new-yorkaise. Il fallait aller aux toilettes pour essayer les vêtements, ce qui est un peu dommage.

Il y a évidemment pléthore de stands d’associations : 269 Life, Association Végétarienne de France, Sea Shepherd, L214, Association Brigitte Bardot…

La styliste de Vaute Couture   Démonstration de Vitamix
à gauche: la styliste de Vaute Couture; à droite: démonstration du Vitamix

Evidemment, l’immense file d’attente se déverse sans discontinuité dans le salon, les gens commencent à se marcher sur les pieds, surtout dans l’espace des stands. Ce qui est dommage, c’est que les stands d’associations militantes se trouvent à côté de stands qui vendent des produits alimentaires ou cosmétiques. Avec le monde, on a du mal à s’y retrouver.

Le monde commence à arriver sur les stands
le public afflue de plus en plus nombreux aux stands

Bien entendu, à partir de 13h, notre ventre commence à crier famine. Mon acolyte du blog avait surtout hâte de déguster les succulentes brochettes végétaliennes du Loving Hut (restaurant parisien connu), comme il y a deux ans. Et là, c’est une grande déception. Déjà, le Loving Hut ne participe pas à l’édition 2013 du Paris Vegan Day, mais en plus (et surtout), il n’y a qu’un seul point de restauration pour tout le salon (le Gentle Gourmet Café). L’être humain étant par nature de mauvaise humeur quand il a très faim, c’est avec une pointe d’agacement que nous commençons à faire la file d’attente. Nous voyons des gens sortir du Gentle Gourmet avec des salades et des sandwiches (ceux aux crudités sont les meilleurs nous dit-on!). Que faire? Au bout de 20 minutes et sans avoir beaucoup avancé, nous prenons la décision de partir. Il y a assez de restaurants végétariens dans Paris qui nous proposeront un repas aussi bon, sinon meilleur. On nous indique même un fast-food végétarien/vegan, à 15 minutes en métro du salon (le East Side Burgers, qui fera l’objet d’un nouvel article).

En sortant, nous avons croisé l’auteure américaine Mélanie Joy, qui donnait une conférence sur l’éthique animale. Nous l’avions vu en décembre dernier à Paris dans le cadre de l’Association Végétarienne de France. Peine était de la voir un peu perdue par cette désorganisation. Elle était heureusement guidée par une militante d’une association.

Je ne vous ai pas décrit les cours de cuisine, mais ceux-ci étaient l’élément central du Paris Vegan Day et pour cause, le thème de l’événement était « cooking for life, cuisiner pour la vie ». En fait, nous avions choisi tous les deux l’atelier « sans gluten », mais celui-ci a été annulé. Il sera donc remboursé. Cependant, les amis que nous avons croisé sur le salon ont eu moins de chance que nous. Ceux-ci nous expliquent qu’on ne peut pas voir les cours de cuisine, il y a trop de monde, et certains cours sont annulés ou décalés sans raison. Certains ont pris 4 ou 5 cours à 5 € chaque, et le public qui se presse aux ateliers n’a pas toujours payé, ce qui agace beaucoup. Vue la disposition des tables en libre accès, je ne comprends pas pourquoi les organisateurs n’ont pas pensé à ce détail.

Un autre atelier cuisine, toujours accessible à tous   Il y a du monde autour de cet atelier cuisine
les ateliers cuisine sont pris d’assaut !

Nous n’aurons pas non plus assisté à « l’émeute » provoquée par la venue de la star Aymeric Caron, chroniqueur dans l’émission télévisée de Laurent Ruquier, qui dédicaçait son livre « No Steak ». Des amis qui sont restés se sont chargés de nous en faire le compte-rendu, mais ça ne nous a pas fait regretter notre départ du salon. Nous y sommes restés un peu plus de 2 heures.

En conclusion, de la déception, et un salon  qui n’était pas à la hauteur de nos attentes. Sur le fond, on retrouve les mêmes associations, même si certains stands se démarquent par leurs produits ou par leurs vendeurs. On s’est étonné du peu de points de restauration pour un salon qui est censé promouvoir une alimentation différente. Nous avons aussi passé peut être le stade de l’émerveillement suscité lors de la précédente édition. Certaines marques ou restaurants n’étaient pas présents alors qu’ils étaient attendus par le public : Lush, Good Guys, Loving Hut… Sur la forme, il y aura des choses à améliorer, le succès du Paris Vegan Day était prévisible puisque attendu depuis deux ans et médiatisé depuis quelques semaines par des médias connus du grand public: Terraéco, Madmoizelle, Fémininbio, Technikart, Elle, le Huffington Post… Il est normal de s’interroger sur la gestion d’un afflux très important de visiteurs.

Alors certes, ce Paris Vegan Day est une initiative louable, pleine de bonnes intentions, on ne peut que féliciter l’association organisatrice de nous faire partager l’événement et de médiatiser au niveau national la culture vegane. Cependant, quand les visiteurs sortent leur porte-monnaie et viennent de loin, c’est qu’il y a une attente derrière. Pour notre part, nous avons payé l’entrée 10 €, et 90 € chacun pour un aller-retour en train depuis Mulhouse. Pour le coup, on ne voit plus les files d’attente de la même façon.

Beaucoup de gens ont partagé ces impressions et nous espérons que les organisateurs prendront en compte leurs remarques pour les prochaines éditions.

Enfin, et pour terminer sur une note positive, la visite a été riche en rencontres : blogueurs, auteurs, stylistes et conférenciers. C’est toujours agréable de pouvoir discuter avec des gens inspirants.

Nos achats au Paris Vegan Day

Nos achats au Paris Vegan Day

 

Coups de coeur (juillet 2013)

Je vous présente un peu dans le désordre mes coups de coeur de cet été, en espérant que cela pourra vous donner des idées :)

J’aime ….

Porter mes sandales parme Beyond Skin

J’ai beaucoup de plaisir à porter ces chaussures, qui en plus d’être très féminines, sont confortables (attention tout de même aux ampoules, les pansements Compeed sont venus à la rescousse). J’ai acheté cette paire sur Amazon, cet hiver, pour environ 30 euros : c’était une très bonne affaire.

sandales beyond skin

Hydrater mon visage avec de l’huile de noisette

L’huile de noisette est un véritable allié contre les points noirs. Son odeur est délicate sans être trop présente, et j’aime la présentation en spray.

huile de noisette

Effacer mes cernes avec le correcteur d’OCC

Comme je suis bronzée, je peux enfin porter ce correcteur que j’ai reçu cet hiver mais qui était trop foncé à ce moment là. Il glisse sur la peau et illumine le regard. Le choix des teintes pourrait être plus large (comme chez Bobbi Brown par exemple). Ce produit est 100% vegan.

occ concealer

Me tartiner de crème solaire Loren Kadi

Découverte grâce à la box beauté The Green Stil (dont je vous parlerai bientôt), cette crème solaire est un vrai coup de coeur. J’aime beaucoup son odeur (assez forte) et sa texture laiteuse.

loren kadi

Cueillir et manger les framboises du jardin

C’est un tel plaisir de manger des framboises cueillies directement de l’arbuste que je me dis que des framboisiers sont indispensables dans un jardin !

framboises

Me maquiller avec les palettes Catrice

Catrice est une marque vendue en Allemagne et en Belgique. J’aime beaucoup les palettes quatuor  (4 euros l’unité) auxquelles je trouve beaucoup de similitudes avec les quatuor Chanel (vendus 40 ou 50 euros) au niveau du rendu et de la luminosité. Bien entendu, Catrice ne teste pas sur les animaux.

palettes catrice

palettes catrice infos

Les palettes contenant de la cochenille (un insecte qui donne un pigment rouge) l’indiquent. Exemple : la palette de droite avec l’indication « contains carmine ».

Déguster du sorbet au cassis

Il s’agit de mon sorbet préféré cet été, surtout s’il est bien sucré :)

sorbet cassis

Lire le nouveau livre de Sébastien Kardinal

J’ai craqué sur le nouveau livre de Sébastien Kardinal. Il est vraiment bien présenté et les recettes font saliver. Je dois être un peu bizarre mais j’aime bien lire des livres de recettes le soir avant de dormir.

street food

Tester les recettes du livre de cuisine de Chloe Coscarelli

J’ai acheté ce livre il y a pas mal de temps déjà et je suis toujours aussi ravie des recettes proposées. Celles-ci sont simples et je ne suis jamais déçue. Chloe a le don de présenter des recettes végétariennes accessibles et savoureuses.

chloe's kitchen

Acheter des livres sur les marchés aux puces

Quel plaisir de pouvoir satisfaire ses fringales de livres à moindre prix, et avec le plaisir de faire de jolies découvertes.

livres

Appliquer du vernis à ongles P2 

Je vous ai déjà parlé de la marque P2 ici. Je ne me lasse pas des vernis qui sont vraiment très beaux.

vernis p2

Se désaltérer avec du jus d’abricot en terrasse

Miam :)

abricots